Lettre au Père Noël

Cher papa Noël,

Je sais bien que tu n’existes pas mais comme je ne sais plus trop à qui m’adresser, tu feras bien l’affaire pour ces fêtes de fin d’année.

Pour Noël, j’aimerai justement pouvoir adresser mes problèmes aux gens qui dirigent ma commune… mais comme pour toi, j’ai cessé de croire en eux.

Je parle bien sûr du saigneur de Villeneuve et de ses fidèles mougeons.

Car cher Père Noël, force est de reconnaitre que notre édile Villeneuvois n’est pas le couteau le plus fin du tiroir.

Lui qui s’est longtemps proclamé une pointure en  gestion en bon père de famille est en réalité tombé de l’arbre de la stupidité en se cognant à chaque branche.

Et que penser de l’opposition idéale ? Beaucoup de mousse, peu de bière.

Quelle tristesse !
Quel  bilan désastreux !
C’est à se demander si ils savent où ils crèchent.

Et puis ça va de mal en pis…
Il n’y a rien qu’à voir le dernier caprice à Galonnier: Racheter à prix d’or les vétustes locaux Intersport !
C’est à se demander s’il ne perd pas la boule…

Franchement Père Noël, si la connerie était cotée en bourse, il serait incarcéré pour délit d’initié !

A mi-mandat, il serait de bon ton pour Jean-Paul Galonnier de s’inspirer du mea-culpa de François Hollande et de tirer les mêmes conclusions dans les plus brefs délais.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, cela nous ferait un beau cadeau de Noël.

Alors cher Père Noël, à défaut de l’enguirlander souffle lui donc à l’oreille qu’il est grand temps de démissionner.

R.V.

Pour un nouvel élan

%d blogueurs aiment cette page :