Du jamais vu !

Lors du dernier conseil municipal en date du 13 mars 2017, a été présenté le budget 2016 ainsi que le prévisionnel 2017.

Sans vous enfumer de chiffres honteusement interprétés par Dilapidman et les élus qui selon ses dires lui ont toujours apporté leur confiance, nous souhaitons porter à votre connaissance un fait extrêmement rare pour ne pas dire unique en France.

Une fois les chiffres exposés par le préposé aux comptes à savoir le Pésolh, le chef de file des néo-mougeons entre en scène.

Jean-Pierre Marc donne son diagnostic et démontre les erreurs d’interprétations des chiffres énoncés.

Dilapidman sort de ses gonds et avoue publiquement que c’est son opposition qui a établi le budget.

«  Ce soir, nous assistons à un grand théâtre politique, c’est vous qui faites le budget et ensuite vous le contestez !»

Du jamais vu !

De par son incompétence caractérisée et sa fainéantise notoire, Dilapidman laisse son opposition faire mumuse avec le budget communal !

Décidément Jean-Paul Galonnier rentre dans l’histoire de Villeneuve de part son lourd passif aux commandes de la commune.

C’est également une preuve supplémentaire de la connivence entre Dilapidman et son « opposition » idéale que nous avions à maintes reprises dénoncée.

Tel est pris qui croyait prendre : Le bananeur s’est fait bananer !

Pour reprendre la main et masquer ses manquements, Jean-Paul Galonnier appelle au secours son DGS pour apporter les précisions qu’il est incapable de donner.

Pour manipuler plus encore ses mougeons, il laisse sous entendre (probablement parce qu’il n’avait pas encore fait voter sa protection fonctionnelle) que le docteur a volontairement savonné la planche !

Chassez le naturel, il revient au galop !

A deux doigts de devenir dissidents, certains élus majoritaires offusqués par ce que nous appellerons un putsch manqué ont décidé de retourner à la bergerie des trous sans fond !

Galonnier ne sera donc plus seul à porter le chapeau de la déliquescence budgétaire,  puisque il a réussi à les remettre dans son rang.

La manipulation restera la seule valeur sûre de ce mandat.

Un pour tous, tous pourris !

Et le pseudo-maire de terminer cette triste séance lourde de conséquences par une menace dont il a le secret envers l’apothicaire et sa bande :

« Les accords d’hier ne seront plus ceux de demain ! »

Reste à savoir si les accords d’hier étaient pré ou postélectoraux ?

R.V.

Pour un nouvel élan

%d blogueurs aiment cette page :