Le bon vivre à Villeneuve-Les-Béziers

Le bon vivre ?

Expression favorite de notre cher Maire (voir en dernier lieu l’édito du bulletin municipal de septembre 2014), le « bon vivre » à Villeneuve-lès-Béziers devient si lointain qu’il prouve que même au niveau local, les dirigeants peuvent être à l’ ouest et / ou de mauvaise foi.
Où est le bon vivre lorsque M. le Maire laisse s’installer et proliférer la délinquance dans le village, l’insécurité, la drogue, les armes, les menaces, les intimidations, les violences verbales et physiques, les incendies volontaires, les vols ? À tel point que les riverains qui le peuvent déménagent et que les autres se cloîtrent.

Souvenez-vous ! déjà en 2010 des Villeneuvois soulevaient des problèmes …

26-10-2014 23-05-15

Qu’en pensent les plus vulnérables, les personnes âgées et les plus jeunes, empêchés de circuler librement dans notre village ? Rappelons que de part sa fonction, M. le Maire est le premier officier de police de la commune mais également vice président de la communauté d’ agglomération délégué à la sécurité.
Ajoutons aussi à l’endroit des personnes âgées que les rues où l’on voit se multiplier de profonds nids de poules invitent plus à la chute qu’à la sereine promenade.
Les travaux de voirie, boulevard Frédéric Mistral devaient se terminer en début d’année 2014 avec une réfection des trottoirs et de la chaussée.
Près d’un an après, l’état chaotique demeure.
Il faut dire que les travaux non finis et projets électoraux sans lendemain sont légions.
Les raisons financières sont partiellement en cause et mettent en lumière la gestion aventureuse sinon inconsciente des dossiers.
D’autres raisons s’ajoutent aux travaux sans lendemain : les négligences dans le suivi de certains dossiers (comme celui du carrefour de la Montagnette, ou celui des endiguements de l’Orb, initiés sur le papier depuis plusieurs années dans le cadre de la lutte contre les inondations).

Politique de la chaise vide

Ce n’est pas en pratiquant la politique de la chaise vide que les dossiers avanceront et encore moins par la politique de l’autruche dont la municipalité actuelle s’est fait une spécialité, ne répondant même plus aux problèmes et inquiétudes de leurs administrés.

autruche

Ce n’est pas non plus en prenant les administrés pour des imbéciles, notamment sur « la bonne gestion des services municipaux ».
N’a-t’ on pas vu en période préélectorale et électorale s’agiter une fourmilière d’agents municipaux à chaque coin de rues ?
Désormais, l’activité est beaucoup plus discrète, voire défaillante.
Cela montre avec grande force que le reste du temps, la volonté n’y est pas !
Faudrait-il pour que M. Galonnier remplisse correctement son luxueux fauteuil de maire, une élection tous les six mois ?
A vous de juger.

R.V.

Laisser un commentaire