L’heure du déconfinement est arrivée…

Chers tous,
Aujourd’hui c’est le déconfinement. J’aurais envie de vous dire d’être très prudents, de vous rappeler les gestes qui vont bien, mais ce serait infantilisant. Je préfère laisser ça à d’autres. Chacun d’entre nous sait parfaitement ce qu’il a à faire.
Par contre, s’il y en a qui n’ont pas encore tout compris, ce sont bien les élus encore en place. En effet, fidèle à ses habitudes, la municipalité aura une fois de plus montré ses limites en étant incapable de fournir des masques en temps et en heure à l’ensemble de la population Villeneuvoise. Et pas un mot d’excuse sur la page Facebook de la ville, juste un message perdu au milieu d’autres pour expliquer que le fournisseur n’avait pas encore livré les masques manquants qui devraient éventuellement arriver dans la semaine.

Comme toujours, c’est la faute des autres avec ces gens-là.
Aujourd’hui donc, une partie d’entre nous va devoir s’acheter ses masques. Pourtant, des solutions existaient, il fallait anticiper et les utiliser. Car si nous pouvons déplorer que le maire de Béziers l’ait joué en solo en commandant des masques de son côté plutôt que de mutualiser les moyens en se rapprochant des autres collectivités locales et territoriales, il n’en reste pas moins que lui, les masques, il les a. Et quand il en a proposé aux communes alentours il y a quelques jours, la mairie de Villeneuve, qui a toujours un train de retard pour tout, aurait dû sauter sur l’occasion et les accepter. Cela n’engageait à rien. En attendant, les dindons de la farce, ce sont une fois de plus les Villeneuvoises et Villeneuvois. Mais après tout, que peut-on attendre d’élus bientôt sur le départ, qui expédient les affaires courantes, et d’un maire qui a lâchement abandonné ses administrés au soir du 1er tour (j’ai des preuves) en partant se confiner plusieurs semaines dans sa résidence secondaire aveyronnaise?

Chers ami(e)s, jusqu’ici je m’étais gardé de tout commentaire désobligeant à l’endroit de la municipalité encore en place et de la personne qui écrit sur la page Facebook officielle de la commune, ne serait-ce que par respect pour toutes celles et ceux qui ont souffert de la situation exceptionnelle que nous traversons.
Désormais, ma parole est elle aussi déconfinée.
Fidèlement vôtre.
Fabrice Solans.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire