Archives par mot-clé : incinérateur de boues

NE VOUS LAISSEZ PAS ENFUMER !

Innombrables sont les scientifiques et les chercheurs en médecine qui s’opposent à l’incinération des déchets.

Voilà  comment  s’exprime le professeur Dominique Belpomme, cancérologue mondialement connu : « Un incinérateur, c’est comme des milliards de cigarettes. Avec des substances toxiques, des poussières, des résidus… »
Autour des incinérateurs « une surveillance épidémiologique montre chez les habitants des pathologies cardiovasculaires accrues liées aux particules fines, aux vapeurs de soufre et d’azote.

Le taux de cancers augmente largement.
Il y a des malformations cardiaques chez les enfants.

On note aussi une chute de la fertilité des couples dans les vingt kilomètres avec une baisse de la natalité » (Midi libre du 18 juin 2015, édition de Lunel).
Le professeur Charles Sultan, spécialiste d’endocrinologie au CHU de Montpellier, estime qu’il est suicidaire de vivre à proximité d’un incinérateur.
L’association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse écrit que l’incinération « est une méthode de traitement des déchets unanimement condamnée par les autorités scientifiques internationales…
Il faut se représenter tout incinérateur comme un brûlot géant émettant de très nombreuses poussières, en particulier des particules fines extrêmement toxiques et de plus, véhiculant des milliers de substances chimiques…
L’utilisation de filtres ne constitue aucune protection efficace contre les milliers de substances CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques) qu’émettent les incinérateurs ».

L’agglo Béziers Méditerranée reconnaît du bout des lèvres que brûler des déchets ménagers est dangereux mais elle prétend que l’incinérateur qu’elle est en train de construire à Béziers sera inoffensif puisqu’il ne brûlera que les boues et les graisses extraites des égouts.

Mais en quoi ces déchets d’égout sont-ils moins dangereux  à brûler que les déchets ménagers ?
En quoi les 2 combustions sont-elles fondamentalement différentes ?

Ne brûle-t-on pas dans les 2 cas des déchets organiques, des hydrocarbures, des résidus de produits d’entretien et de bricolage, des résidus médicamenteux, des métaux lourds et des polluants industriels?
Les entreprises sont légalement tenues de traiter elles-mêmes leurs déchets qu’ils soient gazeux,  liquides ou solides.
Mais l’agglo accorde volontiers aux industriels, même les plus polluants, l’autorisation de jeter leurs déchets liquides à l’égout.

C’est pourquoi les boues et graisses que l’agglo veut brûler à Béziers sont probablement plus dangereuses à incinérer que de simples ordures ménagères.  

Dans le mémorandum de l’appel de Paris, rendu public au siège de l’UNESCO le 09 novembre 2006, 68 experts internationaux demandent aux gouvernements de l’Union européenne d’interdire l’incinération des boues extraites des égouts.
L’agglo prétendra-t-elle que ces experts mélangent tout et connaissent mal le problème ?
Si les fumées du futur incinérateur biterrois étaient inoffensives, pourquoi l’agglo refuse-t-elle obstinément, malgré plusieurs demandes écrites de notre part,  de publier la liste complète des molécules contenues dans les fumées de la future usine?

Les Biterrois ont le droit absolu de savoir quels polluants on veut leur faire respirer…

R.V. / ABCPSE